Gribouille

https://busy.org/@gribouille ; https://busy.org/@toutenimages

Étiquette : steemit

#3 __ Définition d’une vie réussie__ « Défi » 500 mots par jour…

C’est quoi une vie réussie ? Quelle est votre définition ? Est-ce que vous la connaissez ?

Faut-il ne compter que ce qui dépend uniquement de vous ? Ou bien les résultats ?

Peut-être un mix des deux est-il envisageable ?

En 1 : savoir ce que vous voulez réaliser. Ça c’est cool : ça ne dépend « que de vous ».

En 2 : les résultats dont vous rêvez. Il existe un exercice, une aide, pour les trouver.
Vous pouvez vous demander : une fée passe. Elle réalise tous mes souhaits. Qu’est-ce que j’obtiens ?


Cette question à l’avantage de « court-circuiter » vos aspects « raisonnables » qui vous empêchent d’accepter que vous voulez ceci ou cela.

En ce qui me concerne, j‘ai beau avoir en ma possession tous les outils nécessaires pour trouver mes réponses : je ne les ai pas encore.

J’ai tendance à me concentrer, en ce moment, sur les choses que je veux réaliser : cela me paraît plus facile. En effet, dès lors que je me dis : je veux faire ça, ça et ça, il me suffit de m’organiser, de mettre des étapes… et de le faire.

Et bien, même ça c’est difficile.

J’ai parmi les accomplissements principaux que je veux réaliser cette année, le « boost de ma mémoire »… Je peux remercier pour ça, en particulier et entre autres : le sieur Jean Yves Ponce.

Donc, moi qui suis un vrai poisson rouge, je veux changer ça… Non, en vrai je veux réaliser certains apprentissages, ce qui ne changera pas le fait que j’oublie tout au fur et à mesure : j’oublie « tout ce que je ne décide pas consciemment de retenir ». Mais je reviendrai là-dessus une autre fois.

En attendant, pour cette année, je veux réaliser des apprentissages… Mais c’est trop flou pour être une réponse valable : comment saurai-je si j’ai atteint mon objectif si j’en reste à cette « définition » ?

Je sais que je veux apprendre les os du corps humain, ce qui ne fait vraiment pas beaucoup, quand on commence à utiliser des techniques de mémorisation.
Je sais que je veux réaliser un palais de mémoire, pour retenir les dates.
Ok. Et ensuite ?

Ensuite, je ne sais pas !

Super… Clairement, je ne vais pas me limiter à ça pour mon année. Mais j’ai du mal à voir plus loin. Sans compter qu’en réalisant telle ou telle étape, je réalise qu’il existe certaines difficultés que je n’avais pas prises en compte.

Bref : je vais quand même tenter de faire des choix concernant ce que je veux réaliser comme « objectif mémoire » pour cette année : les définir de façon claire et mesurable.

Et pareil pour mes autres objectifs, parce que, dans tous les domaines, à peu près j’ai bien en tête une ou deux étapes, mais pas les suivantes.

En « permaculture », je sais que je veux remplir mon terrain de végétation (et j’ai la trouille de louper mes semis : je fais quoi si ça foire ? Je n’en sais rien. )
Après ça : je ne sais pas.

Vie personnelle : c’est le flou total.

Y’a qu’une ligne qui est assez bien définie : la chaîne « cinéma » qui arrive et sur laquelle je publierai minimum une vidéo par semaine.
Ce qui définit mes actions, mais pas les résultats. De toutes façons, je n’ai pas de prise sur les résultats.


Allez : j’ai encore du boulot en ce qui concerne ma définition de ce que serait une année réussie pour moi. Et encore autant pour définir mes objectifs et les résultats que je souhaite.

Je vous en reparlerai, peut-être.

Et vous, vous en êtes où ?

Merci de m’avoir lu. J’espère que la lecture vous fut agréable.

Belle journée à toutes et à tous.

#2 __ Les fêtes de Noël __ « Défi » 500 mots par jour…

Vous en êtes où avec ça ?

De mon point de vue, c’est une plaie ce truc.

Alors oui : ça peut être cool pour les enfants. Pour certains enfants. Pas tous.

J’imagine que ça peut être cool pour certains adultes.

En ce qui me concerne, j’ai de la chance, celui de cette année pour tranquille qu’il soit est plutôt cool.

 

Tout est relatif. Nous avons eu largement de quoi manger à notre faim pour le réveillon, l’ambiance était détendue, les enfants ont eu assez de cadeaux pour être heureux (oui, le bonheur n’est pas une question de nombre de cadeaux. Nous sommes d’accord).

A côté de ça une de mes grandes a choisi de passer les fêtes à l’hôpital psychiatrique… Cela fait remonter chez moi des souvenirs du passé. Des souvenirs de notre passé. Et des regrets. Et des peurs.

Des regrets de n’avoir pas pu protéger des enfants d’une vie foncièrement merdique à défaut d’être horrible… Encore que. Tout est une question de point de vue.

De la tristesse de me dire qu’elle n’attend rien de ces fêtes, et de savoir pourquoi.

En même temps, c’est « cool » : cela signifie qu’elle prend soin d’elle.

Et oui, car choisir d’aller à l’hôpital psychiatrique plutôt que d’attendre de péter un plomb et faire des conneries, c’est prendre soin de soi.

Je suis dubitative : apprécier le fait que ma fille choisisse d’aller en hôpital psychiatrique et voir ça comme une bonne chose. Voici à mon sens une étrange façon de penser. Serait-ce une vieille habitude du genre « sachez voir ce qui est positif » ?

Et pourtant, ça l’est : positif.

Quelque chose m’échappe…

Oui, c’est une étrange mélancolie quand ce que vous avez de plus positif consiste surtout en « ça aurait pu être pire »

Mais les choses ne sont pas Unes et indivisibles.

Elles sont. Elles se juxtaposent.

Que puis-je faire de ces sentiments mêlés ?

J’ai de la chance : j’ai une vie plutôt cool ces temps-ci.

J’ai de la chance même si une tristesse lancinante s’accroche à moi depuis un bout de temps. Au moment où j’écris, ça va…

J’en ai presque honte. Et pourtant « tout va bien ».

Une autre de mes filles est partie travailler pour la saison dans une station de ski. Elle n’est donc pas là pour les fêtes. Mais elle était là ces six derniers mois, ça va.

J’ai de la chance : elle a fait, l’an dernier, ce qui semble être un AVC. Elle est jeune et sportive. Elle n’a pas eu la moindre séquelle. Elle nous fait ça à 23 ans… J’ai peur qu’elle en fasse un autre et que les suites soient nettement plus rudes. Mais elle va bien.

Une autre de mes filles, je ne la vois pratiquement plus. Elle s’est fait opérer il y a peu de temps. Je vous passe les détails. Elle n’a pas pu payer son opération. Elle doit de l’argent. Je n’ai pas les moyens de l’aider. Et ça me fait chier… Une deuxième opération se profile. Et je ne sais même pas si elle va pouvoir la faire alors qu’elle va Devoir la faire. Mais, dans son cas, il y a des dépassements d’honoraires et ça, c’est pas pris en charge. Il semble que pas d’autre médecin, au tarif conventionné, puisse s’occuper de son cas… Yep.

Je ne la vois pratiquement plus. J’ai de la chance : les liens ne sont pas complètement brisés… Mais je ne sais pas quoi faire pour arranger ça. Elle m’en veut, pour des trucs… je ne sais même pas lesquels. Ou pas vraiment. Je crois que c’est légitime. Même si j’ai fait du mieux que je pouvais. Mon mieux était largement insuffisant.

Et ma mère, je ne la vois plus. Et je ne veux pas la voir. Je ne parlerai pas de ça maintenant.
Le temps passe, un jour, probablement, j’aurai l’obligation de m’occuper d’elle. Ce sera mon devoir. Et je crains fort que je n’aurai même pas les moyens de le remplir.

Mais à part ça, tout va bien. Je vis dans mon petit monde. Et je vis en paix. Relativement.

Je n’ai pas l’obligation de m’acquitter d’un travail d’esclave (ou d’un autre) pour vivre.

Et j’ai du temps à utiliser pour tenter, sans beaucoup de succès à mon goût, de changer ma vie.

Et je m’en donne les moyens. Enfin, j’essaie.

C’est la période des fêtes de Noël et de la nouvelle année.

Elles ont ceci de terrible pour beaucoup de gens qu’elle met en évidence tout ce qui ne va pas et qui « devrait » aller bien…

vivons-nous dans une société où nous DEVONS aller bien ?

La vérité c’est que nous allons comme nous pouvons.

Et si ça va bien, tant mieux. Et si non : c’est comme ça.

Les choses sont ce qu’elles sont et si nous pouvons décider de nos actions (ce qui reste à prouver) nous n’avons aucun pouvoir sur : les choses sont ce qu’elles sont en cet instant.

C’est cool pour les enfants, les fêtes de Noël.

Pas pour tous.

Je vous parlerai, un autre jour, de notre folie consumériste, de nos modes de productions

et de plein d’autres trucs.

Merci de m’avoir lu.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle journée.

#2 __ Gilets jaunes __ « Défi » 500 mots par jour…

 

Aujourd’hui j’ai envie d’écrire sur ce qui me stimule en ce moment, à savoir : le mouvement des gilets jaunes…

J’ai d’abord été sceptique : encore une manif comme les autres qui disparaîtra comme elle est venue. Mais force est de constater que ce n’est pas le cas et que j’en suis heureuse.

Je pensais que la seule manif qui « tenait la route » c’était celle de nuit debout. Mais non, ils étaient précurseurs et ils ont été dépassé. C’est cool, de mon point de vue.
Je regrettais que nuit debout c’était un super mouvement mais « limité aux citadins ».

Mais cette fois c’est toute la France et en plus ils ne lâchent rien…

 

Faut dire que cela faisait longtemps que la grogne couvait, que notre président a une communication exécrable depuis le début… On pourrait même se demander si ce n’était pas voulu, un tel niveau de stupidité dans la communication. 🤔

Mais non. Je crois que les gens « là-haut » sont complètement déconnectés…

C’est bien. Je suis satisfaite de leur niveau de communication. Je n’espère qu’une chose : qu’ils continuent comme ça. Et qu’ainsi soit alimentée la colère de la population.

La colère, c’est une bonne chose, parfois : c’est une énergie. C’est elle qui vous dit qu’une situation ne vous convient pas et vous donne la force de faire respecter vos droits. 😡

Certes : j’espère que le mouvement reste pacifiste, le plus possible.
Certes : j’ai peur que ça tourne mal.

J’ai pu observer, ce matin que la communication entre gilets jaunes, sur les réseaux se durcit.

Heureusement, il reste des gens pour inciter au calme. Il reste des gens ayant des alternatives pacifistes sérieuses à proposer pour maintenir la paix.

Mais certains commencent réellement à s’organiser pour rendre les coups. Je n’avais pas lu ça (pas de façon sérieuse) jusqu’ici. Et ça : je ne le souhaite pas.

J’ai écrit « rendre les coups ». Car notre gouvernement a donné des ordres, des ordres de répression non adapté à la situation. C’est notre gouvernement qui pousse à la guerre civile. Le pire c’est que cela ne me surprend pas. 🤕

Les médias (tv en particulier) montrent autre chose, bien sûr… Ils appartiennent aux gouvernants. Que pourrions-nous espérer d’autre ?

Bref, j’espère que le mouvement reste fort. Et j’espère que tout ceci ne finisse pas en massacre. 😰

J’appelle de mes vœux la mise en place du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) en toutes matières. Je veux celui-là et pas un autre. Et pour tout le reste nous verrons lorsque nous l’aurons obtenu. Voilà ce que je souhaite.

Et j’ai peur que ça ne se fasse pas. Pour moi c’est la seule solution valable…

Avec, pour que ce soit efficace : des mesures immédiates concernant les médias. C’est important.

Nous sommes à un tournant de l’histoire. Je l’espère fortement.

J’espère qu’il est inexorable et que si c’est pas maintenant ce sera quand même plus tard.

J’aimerais que ce soit maintenant.

Ce serait génial.

Entendons-nous bien : je ne m’attends pas à des changements magiques.

Seulement que le peuple puisse prendre les décisions qui lui semblent justes.

Seulement que le peuple ait (enfin) le droit de décider pour lui-même.

Sur ce, nous sommes  lundi 24 décembre 2018…

Joyeuses fêtes à toutes et à tous !

Merci de m’avoir lu.
J’espère que la lecture fut agréable. 🙂

 

test publication et tags Steempress

Et tant que j’y suis :

Je viens de créer un wordpress, avec l’extension Steempress…

Un des avantages important, c’est que ça devrait me permettre de programmer mes articles : wordpress offrant de publier tout de suite ou d’utiliser le calendrier.

Pour l’instant j’ai programmé une publication deux minutes plus tard sur Steemit.

Reste à voir ce qui m’inquiète : à quoi ressemblera la mise en page ? Mais tant pis : au pire je ferai avec.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén