Gribouille

https://busy.org/@gribouille ; https://busy.org/@toutenimages

Étiquette : motivation

#7 __ Message aux victimes de violences__ « Défi » 500 mots par jour…

Alors par ce texte, je vais tenter quelque chose : je vais tenter de vous aider, de vous donner un peu d’énergie si vous êtes bloqué(e) dans une situation où vous subissez de la violence de façon régulière.

Je pense essentiellement aux personnes victimes de violences conjugales, mais cela pourrait, peut-être être utile pour des cas de harcèlement (il parait qu’il existe de bonnes méthodes pour régler les problèmes de harcèlement entre enfants ; à voir auprès de psychologue)

Moi, ce que je souhaite vous dire c’est :

demandez de l’aide autour de vous, autant de fois qu’il le faudra…

Alors, je sais : c’est désespérant de demander de l’aide et de n’en trouver aucune !

Sauf que : ça fait partie du parcours. Vous n’y couperez pas. A moins que vous ayez de la chance.

C’est « normal » : c’est comme ça que ça se passe.

Vous demandez de l’aide et plein de gens ne vous la donneront pas…

Même des gens dont c’est le travail, malheureusement.

Mais vous : vous ne devez rien lâcher ! Vous devez être résolu(e) à vous en sortir.

Alors, je sais : vous devez lutter, aussi, contre l’impuissance acquise. C’est le but de ce texte, vous aider sur ce point.

Car, bien sûr : quand vous êtes déjà vidé(e) par une situation insupportable, que vous êtes perdu(e), ne savez plus quoi faire et comment et que la ou les personnes à qui vous demandent de l’aide vous la refusent ou ne savent pas vous la donner (ce qui revient au même) : c’est rude !


Comment ne pas s’écrouler et ne plus agir ? Comment ne pas attendre passivement ?

Je crois que ça peut aider du monde de savoir que : c’est « normal », ça va arriver ! Des gens et même des gens dont c’est le travail ne vous aideront pas quand vous le leur demanderez. Sachez-le… Et allez trouver d’autres gens ! Autant de gens qu’il le faudra. Allez frapper à d’autres portes, autant de fois qu’il le faudra.

J’imagine que pour les victimes de violences physiques, c’est « plus simple », parce qu’elles ont des preuves… Enfin, plus simple si l’on ne compte pas la peur qu’elle doivent gérer, bien sûr.

Mais tant qu’il n’y a pas de coups, allez donc trouver la police, on vous dira :

Ça n’existe pas le harcèlement moral dans le couple. Appelez les pendant une crise d’alcoolisme de monsieur, ils viendront et vous diront : « Il fait ce qu’il veut, il est chez lui ». Que vous soyez terrorisé(e) : rien à foutre !
Allez voir une assistante sociale, elle vous demandera : « vous n’avez pas des parents qui pourraient vous recevoir ? »
Un autre assistant social à qui vous raconterez, en pleurs : « il m’a coupé la ligne internet pour que je ne puisse pas y aller pendant qu’il travaille » ; il vous répondra : « ce sont des enfantillages »
Parlez avec un « travailleur social », sur les réseaux, il vous dira : « entre nous on les appelle des victimes consentantes »… Ils pourraient pas changer de métier ceux-là ? Ah non, faut un salaire pour prouver qu’on est utile à la société et pas un parasite… Un cassos…

Demandez à un voisin, un soir particulièrement difficile d’appeler la police, il vous dira : « Soyez raisonnable madame, rentrez chez vous. »

… Et des gens diront que c’est de votre faute, que si vous restez c’est que vous le voulez bien. Ou bien que ces colères, c’est vous qui les provoquez (c’est souvent ce que disent les agresseurs).

Carrément, parfois (j’ai vu ça !) : une mère peut dire à sa fille qu’elle doit retourner avec son mari, que le divorce ce n’est pas bien. Quand on se marie c’est pour le meilleur et pour le pire…

Vous pouvez aussi voir, entendre, lire, qu’il faut pardonner, qu’on peut pardonner autant que fois qu’une personne nous a fait de mal, que la colère ce n’est pas bon… Ok pour tout ça… Plus tard !

Pour l’instant prenez votre colère comme un cadeau précieux, protégez son feu et utilisez le. Vous en avez besoin. Ne lâchez rien. Tout ça vous allez le vivre et plus encore.

Vous pouvez subir des pressions diverses et variées de votre entourage… qui ne s’en rend même pas compte. Toutes les histoires sont différentes, y’aura plein d’obstacles, chacun les siens.

Mais ne lâchez rien !

Vous pouvez avoir peur de « tout perdre » : maison, argent, travail, meubles…

Rien à foutre, barrez-vous !

Croyez-moi : plus vous attendrez, plus ça vous coûtera cher, sur tous les plans…

Bien sûr : si vous avez la possibilité d’organiser votre fuite, faites le. Il ne s’agit pas de négliger vos opportunités. Si vous savez que vous allez partir, que vous ignorez quand et comment : mettez de côté l’argent que vous pouvez, etc…


Mais surtout, ne lâchez rien ! Jamais !

Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous !

Sans relâche.

Ne vous préoccupez pas des aides que vous ne recevrez pas : next !

Solution suivante, option suivante. Encore et toujours.

Frappez à toutes les portes : demandez-vous « qu’est-ce que je n’ai pas encore essayé ? ».

Et faites-le. Surtout ne vous préoccupez pas des résultats. Vous êtes responsables de vos actions, pas des résultats. Jouez autant de coups que vous le pouvez. Ne vous dites pas : je suis maudit, je n’ai pas de chance, ça ne marche jamais, j’ai la poisse, ça n’arrive qu’à moi…

Non, non, non : c’est normal ! C’est comme ça que ça marche ! Il faut le savoir et ne pas s’en formaliser pour garder toute votre énergie.

Frappez à toutes les portes : assistantes sociales, police, psychologues, réseaux sociaux, journalistes S’il le faut retournez voir les même personnes, encore et encore .
Allez dans votre ville, dans d’autres, cherchez tous les soutiens possibles, toutes les aides que vous pourrez trouver. Expliquez votre situation (apprenez à raconter les Faits, c’est précieux,  si vous en avez encore la capacité)….


Merci de m’avoir lu.

#5 __ Lire – et apprendre – un livre par semaine ?__ « Défi » 500 mots par jour…

 

J’ai testé. Enfin, plus ou moins. Plutôt moins que plus.

En fait, j’ai probablement lu mes 1 livre par semaine ces deux derniers mois. Sauf que j’ai lu un peu tout dans le désordre. Un peu tout n’importe comment et surtout… sans prendre de notes.

Alors, je ne suis pas satisfaite. 😕
Déjà : j’en ai plus qu’assez de lire pour ne rien retenir… C’est une des grandes raisons qui fait que je lis peu. La même qui fait que je regarde moins de vidéos depuis quelques temps : je voudrais mémoriser ce que je lis, vois ou entend et c’est loin d’être le cas.

Je voudrais prendre des notes et je suis loin d’être au point. Pour plein de raisons. L’une d’entre elle étant : je ne vais pas prendre des notes si je ne suis pas seule… Ok : va falloir remédier à ce point. Passons.
Autre point : parfois je regarde des vidéos en faisant la cuisine, ou comme pause entre d’autres travaux.

Alors, en faisant la cuisine : ben, je retiens ce que je retiens et puis tant pis. J’en profite pour écouter des trucs assez longs pour lesquels je ne prendrais pas de temps autrement. Et y’a plein de choses vraiment sympas en formats longs.

Je pense que je vais m’astreindre, quand c’est possible, à prendre des notes de ce que j’ai retenu, ensuite… J’espère que, dans la durée, il me sera plus facile de ressortir les données…

Je mets ma mémoire à rude épreuve ces temps-ci.

Revenons à mes bouquins : j’ai tendance à lire et à ne rien retenir. En plus j’essaie de lire relativement vite (je n’ai pas calculé ma vitesse. Et je m’en fiche un peu : je fais de mon mieux.)

Et donc, pour lire et apprendre je me suis « mise à l’exercice ». Et j’ai choisi un livre… c’était pas l’idée du siècle.

J’ai choisi un livre adapté à ce que je veux apprendre en ce moment : « histoire du cinéma », c’est son titre. CinémAction abrégé pédagogique. Je l’avais en stock depuis longtemps, donc j’ai pris celui-ci.

Le livre est très bien mais je n’y connais RIEN, vraiment rien. Et il est bourré de références, de noms, de dates.

J’ai d’abord tenté de faire ça de façon très scolaire : mon livre d’un côté, mon classeur de l’autre et mes prises de notes de tout ce que je voulais retenir…

Résultat : j’étais super longue à avancer. Déjà parce que j’ai d’autres impératifs à respecter et qu’il me fallait suffisamment de temps et de tranquillité pour pouvoir m’y mettre.

Et avec toute ma bonne volonté, j’ai fini par me dire que : dans un an j’y serai encore sur ce bouquin !

Donc je suis revenue à une méthode beaucoup plus simple.

Je lis. J’ai mes petits bouts de papiers disponibles à proximité. Et je note les informations les plus parlantes pour moi.

(Bon Laurent me l’avait dit : « Notez, apprenez ce qui vous intéresse, ce qui vous amuse. »)


Bon, je me suis gaufrée sur cette lecture : j’ai explosé mon délai (et je suis loin d’avoir fini ma lecture)

Mais c’est peut-être pas plus mal d’avoir choisi pour commencer un livre trop difficile pour moi.

J’ai fait des essais. J’ai vu que ça ne marchait pas.

J’ai perdu du temps – et ça, ça m’agace ! 😠

Mais ma technique prend forme. 🙂

Bon : pour l’instant j’ai des bouts d’enveloppes en peu « pourraves » (du genre, en plus, qui ont été ouvertes à la main. En plus, je n’ai pas commencé avec cette méthode depuis le début. Ce qui fait que je ferai probablement une deuxième passe ; quand j’aurai fini la première.

J’hésite à recommencer depuis le début, dès maintenant ; ou à finir comme ça.

Et reprendre ensuite tout depuis le début…

Bon, si j’accélère mon rythme ce ne sera pas si grave.

Voire, in finé, ça pourrait se révéler intéressant si je parviens à apprendre, mettons, un livre par mois En plus de mes éventuelles lectures annexes, « tranquilles ». Et peut-être, avec un peu d’habitude, pourrais-je le faire pour toutes mes lectures.

 

… Je ne sais pas encore ce que je vais faire de mes petits bouts de papiers-notes. Comment les ranger ? Comment les organiser ?

J’hésite.

Peut-être vais-je prendre un classeur pour les ranger ? Une boite ? Faire ça directement sur des « papiers propres » (pas des enveloppes « pourries ») pour ne pas avoir besoin de les remettre au propre ensuite.

Une chose est sûre…

J’ai quelques idées sympas pour partager le résultat de mon travail.

Je vous reparlerai de tout ça.

Je dois encore trouver comment faire pour :

1 – faire ça bien

2 – que ça ne prenne pas un temps monumental.

Sur ce, merci de m’avoir lu.

J’espère que la lecture fut agréable.

Je vous souhaite une très belle journée à toutes et à tous.

💛

 

#4 __ Boostez votre mémoire__ « Défi » 500 mots par jour…

Avec une spéciale dédicace pour @Ancolie à qui m’a inspiré le choix de ce thème aujourd’hui.
Merci pour le commentaire. 🙂

Je vais commencer par dire : si vous choisissez d’apprendre des techniques de mémorisation, cela pourrait avoir un impact très important dans votre vie.

D’abord, c’est un apprentissage qui ne sera jamais perdu : il y aura toujours un moment où vous serez heureux de connaître ça. Et ce, même si vous décidez de l’utiliser au minimum de ce que vous pouvez en faire.

Mais je serais surprise que ce soit le choix que vous ferez.
Je crois que dès que vous aurez commencé, vous aurez envie d’en faire plus…
Et si vous connaissez/utilisez déjà, alors c’est cool pour vous. 🙂

Ces techniques, au départ demandent un peu de temps et un peu de travail. Mais elles sont agréables à mettre en place et, surtout, très vite gratifiantes.

C’est impressionnant, en particulier pour quelqu’un comme moi habitué depuis très longtemps (je vous en reparlerai à l’occasion) à ne pas utiliser sa mémoire de réaliser que vite et de façon plutôt amusante vous pouvez obtenir des résultats qui vous auraient été impossibles si vous ne saviez pas comment faire.

Personnellement je vois que je commence à retenir des dates, des noms… Parfois je galère mais c’est parce que je veux en apprendre beaucoup en même temps. 🙂

Et ça, j’aurais pu répéter cent ou mille fois : jamais j’aurais retenu !

Typiquement : mon identifiant de pôle emploi, numéro de Caf, ce genre de choses j’avais déjà essayé de retenir, sans succès… Parce que dans les 2 minutes qui suivaient j’avais déjà oublié. Alors mon exemple est « extrême » (je pourrais vous en raconter d’autres…) mais c’est pour dire qu’avec un peu de méthode, j’ai réussi plutôt facilement…
Même si la majorité d’entre vous, j’imagine, n’ont aucun souci à ce niveau.
Mais c’est pour l’exemple et pour dire que moi, qui suis « un poisson rouge », j’y arrive. Donc ça va marcher pour vous… Je sais : ce n’est pas un argument… amis zététiciens : j’ai encore du travail dans ce domaine, aussi. 🙂

Alors dans cet article, vous l’aurez deviné (ou pas) : je ne vais rien vous apprendre. Désolée.

J’ai juste envie de vous titiller, de vous donner cette envie d’y aller, de vous y mettre, que ça vous chatouille.

Je crois que c’est après avoir vu cette vidéo de Jean-Yves Ponce que je me suis décidée à acheter son livre. J’ai réalisé le petit exercice facile, j’ai vu que ça marchait… En vrai, mon parcours est plus long que ça avant le déclic mais je vous raconterai ça une autre fois.

J’hésitais, je me disais : j’ai déjà tout ce qu’il faut en ligne pour bosser. Pourquoi acheter le livre ?
Mais je voyais bien, qu’en vrai, je n’avançais pas.

Alors, c’est vrai : y’a déjà plein de super contenu gratuit en ligne. Donc vous pouvez bosser à partir de ça. Je pense que j’en créerai aussi. J’en ai un de prévu, en particulier, concernant l’apprentissage des os du corps humain (en partant de la vidéo de Jean Yves Ponce).

Et c’est vrai, aussi, que son livre est super bien fait. Y’a le DominiK Système qui est expliqué, qui peut peut-être se trouver en ligne, mais moi c’est à partir du livre que j’ai démarré. Le livre donne une structure, une montagne d’infos…

J’ai ensuite acheté un livre de Sébastien Martinez. Franchement, je n’en avais pas BESOIN : y’a déjà tellement d’infos dans le livre que ce n’est pas nécessaire… Mais j’y ai trouvé « un truc tout con », que je n’avais pas vu dans le livre de JY Ponce. Attention : je ne dis pas que ça n’y était pas, juste que je ne l’avais pas perçu/remarqué. Probablement parce que j’ai étudié trop de choses en même temps.

Bref, si vous n’avez pas d’argent : utilisez les contenus gratuits en ligne, y’a déjà de quoi faire. J’y reviendrai.

Si vous pouvez, si vous avez envie, vous pouvez prendre un livre : on les trouve à 7 euros, c’est pas la ruine. C’est vraiment du bon contenu. Et, « au pire », ça fait pour l’auteur un remerciement minime pour tout le travail déjà fourni et offert sur les réseaux.

En ce qui me concerne : le livre de JY Ponce, en particulier, fourni une bonne structure, un bon moyen d’avancer sur le travail de mémorisation. C’est bourré d’idées…

Voilà, encore une fois j’ai largement dépassé mes 500 mots. La suite une prochaine fois.

Note : je n’ai pas de lien affilié sur cet article, je ne suis pas sponsorisée ni rien
(faut que j’apprenne, réapprenne, à mettre des liens affiliés. J’avais fait ça, une fois, y’a longtemps. J  )
Mais voilà : j’ai zéro intérêt à vous le vendre.
Juste l’envie de vous le faire connaitre et de vous y intéresser.

Encore une fois : ça pourrait avoir un impact majeur sur votre vie.

Sur ce : merci de m’avoir lu.

J’espère que la lecture fut agréable.

Je vous souhaite à toutes et à tous une belle journée. 🙂

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén