Gribouille

https://busy.org/@gribouille ; https://busy.org/@toutenimages

Catégorie : faits de société

#8 __ Veganisme, végétarisme and Co ? __ « Défi » 500 mots par jour…

Aujourd’hui je vais parler autour du véganisme.

Je ne suis ni pour, ni contre : ça commence bien…

En ce qui me concerne, je consomme peu de viande. De toutes façons : je n’ai pas les moyens, ça règle une partie du problème… ou pas.

J’en consomme peu et je ne l’achète pas « là où il faudrait ».

A ceux qui disent : achetez en peu mais de meilleure qualité, je réponds que c’est, comme souvent, un argument de « riche ».

Effectivement : celui qui a les moyen, qui en achète souvent et de qualité médiocre peut se permettre de diminuer et acheter de la meilleure qualité (en terme de ce qu’il mange et de qualité de vie pour l’animal d’élevage)

Mais vu les quantités que j’achète, y’a pas grand-chose à réduire.

Et manger sans viande ? Sans œufs ?

Oui : c’est rude ! Clairement je ne suis pas prête. En plus je ne suis pas seule : et mes proches veulent de la viande. C’est une alimentation qui s’apprend. Ça ne se fait pas du jour au lendemain pour être capable de cuisiner de la sorte. Il est possible de tester et d’intégrer à ses menus, au fur et à mesure, de plus en plus de repas sans viande.

Faire des gâteaux sans œufs ? J’ai testé, mal peut-être, mais c’était pas vraiment génial.

Pour ce qui est de remplacer le beurre : utiliser des purées d’amande (ou équivalents) ce n’est financièrement pas donné à tout le monde… De l’huile de coco ? Sans même parler de son prix, ça n’a rien d’éthique…

Y’a d’autres huiles à utiliser, qui sont pas mal. J’entendais parler dernièrement de l’huile de chanvre. Je n’en sais pas plus pour l’instant, sujet à creuser.

J’ai souhaité, à une époque ne plus acheter d’œufs. Je venais d’apprendre que si le fait de manger des œufs, en soi ce n’est pas manger un animal (issu d’un élevage de merde, en cages ; selon quels œufs on achète) ; c’était loin d’être dépourvu de souffrance animale pour autant. Il semble que les poussins mâles de ces élevages soient broyés vivants. C’est horrible !… Et si le règne animal ne fait pas mieux, il ne les massacre pas dans de telles quantités.

De mon point de vue, le souci : c’est l’élevage industriel.

Pour les œufs, en particulier : manger des œufs ne devrait pas nous poser de cas de conscience, si les animaux étaient traités correctement… Traités normalement ai-je envie de dire.

Car, la norme, devrait être de bien traiter les animaux d’élevage.

Il semble que pour les végans (pour un certain nombre d’entre eux ?) le problème est ailleurs.
Ils refusent toute forme d’élevage.

Pour moi, si nous avions des œufs issus d’élevages que je qualifierais d’éthiques, les œufs je considère qu’il n’y aurait pas de problème…


Il resterait à faire en sorte que nous ayons plus de poules élevées en condition de liberté un peu partout pour que chacun puisse avoir quelques œufs (et déterminer la quantité qui serait utile par personne ; si on est un peu court au niveau de la production). Mais, sur ce point, déjà, y’aurait vraiment un truc à faire.

Pour le reste, si l’on considère que nous avons tous, relativement, besoin de peu de viande : il devrait être possible de passer par de petits élevages (que j’imagine être de la permaculture avec des animaux en liberté ou semi-liberté).

Il resterait le problème de la mise à mort.

Certes.

Mais si tous les animaux étaient élevés dans les bonnes conditions que certains éleveurs donnent à leurs animaux ? Ce serait déjà un changement monumental. Après il serait bien temps de voir ce qu’on peut faire de mieux, ou pas. C’est important, tout de même, de reconnaître que ces gens-là font du bon travail. Merde : comment vous pouvez les comparer à des éleveurs industriels ?

Et puis, en permaculture, l’animal fait partie intégrante du processus. Pour diverses raisons.
Et cela aussi, certains végans le réfutent, même lorsque la finalité n’est pas la mort de l’animal.

(Quoique : nous mourrons tous… la finalité est donc toujours la mort, pour tout et pour tous. Bref ; petite parenthèse hors-sujet.)

Je considère que Dame Nature nous a joué un sale tour en nous donnant la vie, la mort qui va avec, la douleur physique et mentale et… Une conscience.
Les autres animaux ne se posent pas de questions, ils font ce pour quoi ils sont faits. La mort et la brutalité sont partout. Et nous, nous ne savons pas pour quoi nous sommes faits.

Ouais, elle nous a joué un sale tour, Dame Nature.

Merci de m’avoir lu.

#7 __ Message aux victimes de violences__ « Défi » 500 mots par jour…

Alors par ce texte, je vais tenter quelque chose : je vais tenter de vous aider, de vous donner un peu d’énergie si vous êtes bloqué(e) dans une situation où vous subissez de la violence de façon régulière.

Je pense essentiellement aux personnes victimes de violences conjugales, mais cela pourrait, peut-être être utile pour des cas de harcèlement (il parait qu’il existe de bonnes méthodes pour régler les problèmes de harcèlement entre enfants ; à voir auprès de psychologue)

Moi, ce que je souhaite vous dire c’est :

demandez de l’aide autour de vous, autant de fois qu’il le faudra…

Alors, je sais : c’est désespérant de demander de l’aide et de n’en trouver aucune !

Sauf que : ça fait partie du parcours. Vous n’y couperez pas. A moins que vous ayez de la chance.

C’est « normal » : c’est comme ça que ça se passe.

Vous demandez de l’aide et plein de gens ne vous la donneront pas…

Même des gens dont c’est le travail, malheureusement.

Mais vous : vous ne devez rien lâcher ! Vous devez être résolu(e) à vous en sortir.

Alors, je sais : vous devez lutter, aussi, contre l’impuissance acquise. C’est le but de ce texte, vous aider sur ce point.

Car, bien sûr : quand vous êtes déjà vidé(e) par une situation insupportable, que vous êtes perdu(e), ne savez plus quoi faire et comment et que la ou les personnes à qui vous demandent de l’aide vous la refusent ou ne savent pas vous la donner (ce qui revient au même) : c’est rude !


Comment ne pas s’écrouler et ne plus agir ? Comment ne pas attendre passivement ?

Je crois que ça peut aider du monde de savoir que : c’est « normal », ça va arriver ! Des gens et même des gens dont c’est le travail ne vous aideront pas quand vous le leur demanderez. Sachez-le… Et allez trouver d’autres gens ! Autant de gens qu’il le faudra. Allez frapper à d’autres portes, autant de fois qu’il le faudra.

J’imagine que pour les victimes de violences physiques, c’est « plus simple », parce qu’elles ont des preuves… Enfin, plus simple si l’on ne compte pas la peur qu’elle doivent gérer, bien sûr.

Mais tant qu’il n’y a pas de coups, allez donc trouver la police, on vous dira :

Ça n’existe pas le harcèlement moral dans le couple. Appelez les pendant une crise d’alcoolisme de monsieur, ils viendront et vous diront : « Il fait ce qu’il veut, il est chez lui ». Que vous soyez terrorisé(e) : rien à foutre !
Allez voir une assistante sociale, elle vous demandera : « vous n’avez pas des parents qui pourraient vous recevoir ? »
Un autre assistant social à qui vous raconterez, en pleurs : « il m’a coupé la ligne internet pour que je ne puisse pas y aller pendant qu’il travaille » ; il vous répondra : « ce sont des enfantillages »
Parlez avec un « travailleur social », sur les réseaux, il vous dira : « entre nous on les appelle des victimes consentantes »… Ils pourraient pas changer de métier ceux-là ? Ah non, faut un salaire pour prouver qu’on est utile à la société et pas un parasite… Un cassos…

Demandez à un voisin, un soir particulièrement difficile d’appeler la police, il vous dira : « Soyez raisonnable madame, rentrez chez vous. »

… Et des gens diront que c’est de votre faute, que si vous restez c’est que vous le voulez bien. Ou bien que ces colères, c’est vous qui les provoquez (c’est souvent ce que disent les agresseurs).

Carrément, parfois (j’ai vu ça !) : une mère peut dire à sa fille qu’elle doit retourner avec son mari, que le divorce ce n’est pas bien. Quand on se marie c’est pour le meilleur et pour le pire…

Vous pouvez aussi voir, entendre, lire, qu’il faut pardonner, qu’on peut pardonner autant que fois qu’une personne nous a fait de mal, que la colère ce n’est pas bon… Ok pour tout ça… Plus tard !

Pour l’instant prenez votre colère comme un cadeau précieux, protégez son feu et utilisez le. Vous en avez besoin. Ne lâchez rien. Tout ça vous allez le vivre et plus encore.

Vous pouvez subir des pressions diverses et variées de votre entourage… qui ne s’en rend même pas compte. Toutes les histoires sont différentes, y’aura plein d’obstacles, chacun les siens.

Mais ne lâchez rien !

Vous pouvez avoir peur de « tout perdre » : maison, argent, travail, meubles…

Rien à foutre, barrez-vous !

Croyez-moi : plus vous attendrez, plus ça vous coûtera cher, sur tous les plans…

Bien sûr : si vous avez la possibilité d’organiser votre fuite, faites le. Il ne s’agit pas de négliger vos opportunités. Si vous savez que vous allez partir, que vous ignorez quand et comment : mettez de côté l’argent que vous pouvez, etc…


Mais surtout, ne lâchez rien ! Jamais !

Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous. Tombez, relevez-vous !

Sans relâche.

Ne vous préoccupez pas des aides que vous ne recevrez pas : next !

Solution suivante, option suivante. Encore et toujours.

Frappez à toutes les portes : demandez-vous « qu’est-ce que je n’ai pas encore essayé ? ».

Et faites-le. Surtout ne vous préoccupez pas des résultats. Vous êtes responsables de vos actions, pas des résultats. Jouez autant de coups que vous le pouvez. Ne vous dites pas : je suis maudit, je n’ai pas de chance, ça ne marche jamais, j’ai la poisse, ça n’arrive qu’à moi…

Non, non, non : c’est normal ! C’est comme ça que ça marche ! Il faut le savoir et ne pas s’en formaliser pour garder toute votre énergie.

Frappez à toutes les portes : assistantes sociales, police, psychologues, réseaux sociaux, journalistes S’il le faut retournez voir les même personnes, encore et encore .
Allez dans votre ville, dans d’autres, cherchez tous les soutiens possibles, toutes les aides que vous pourrez trouver. Expliquez votre situation (apprenez à raconter les Faits, c’est précieux,  si vous en avez encore la capacité)….


Merci de m’avoir lu.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén