Alors quand je parle de prendre des notes ; je veux en réalité parler du fait d’écrire.

En ce qui me concerne : j’ai mes périodes.

J’ai fait différents tests… J’ai souvent abandonné.

J’ai abandonné longtemps, même.

Et puis j’ai repris, plus ou moins, en dilettante, l’an dernier, à peu près.

J’ai vu une vidéo et puis je me suis décidée à m’y remettre.

Il s’agissait à l’époque de prendre note de ses actions de la journée, ce qui a été ou non… histoire de pouvoir améliorer le truc. Je l’ai fait quelques temps. J’ai trouvé ça intéressant et pourtant je me suis arrêtée.

Mais pas tout à fait. Je me suis mise à ouvrir divers cahiers… J’en ai tout plein maintenant : côté minimalisme, c’est raté !

Mais bon : j’ai plein d’ébauches de recherches. Je peux les reprendre quand l’envie me prend.

Je suis ensuite revenue à l’écriture sur ordinateur ; parce que l’accumulation de cahiers à moitié entamés cela ne me satisfait pas… et je suis revenue aux cahiers : parce que, déjà, j’ai des périodes « d’allergie à l’ordinateur » pendant lesquelles je ne souhaite pas l’allumer. Et puis, je ne trouve pas mes bouts d’écrits sur ordinateur très lisibles.

Alors j’ai des documents, des recherches, à gauche, à droite… C’est un peu le binz…

Mais bon : je considère que ça fait partie du travail de recherche et que ce n’est pas une bonne raison pour abandonner.

Dernièrement, suite à une vidéo de JY Ponce, j’ai accroché au défi écriture ; alors qu’à la base je pensais ne pas suivre celui-là. J’ai commencé, puis j’ai continué… Mes textes valent ce qu’ils valent, ils ont au moins le mérite de remplir mon blog, de constituer une action régulière/récurrente à terme, j’imagine, je devrais forcément en retirer quelque chose. Le tout étant de continuer, encore et toujours… sans trop me prendre la tête si certains jours mon activité fait qu’il ne me reste pas de temps pour écrire.

Alors pour ces textes : je les écrits directement dans mon word et je les enregistre sur mon ordinateur. C’est un gain de temps, en plus je préfère le clavier à mon stylo, surtout pour de telles longueurs.

Et puis : un copié-collé et hop, j’ai un article !

Enfin, j’ajoute quelques « images » ; ce qui me fait travailler (un minimum mon gimp). Dans la durée, ceci aussi s’affinera, sans que je me prenne trop la tête avec.

Pour revenir, et ça mériterait un véritable article (voire un dossier) :

Y’a vraiment plein de choses à écrire, selon ce qui vous motive.

 

J’ai testé autrefois, « l’écriture libre » (je ne me souviens plus du nom) de Julia Cameron (il me semble). Je l’ai fait longtemps… C’était un pseudo « exercice pour libérer la créativité » ; en ce qui me concerne, ça n’a jamais pris !
Il s’agissait d’écrire n’importe quoi, sans s’arrêter, pendant trois pages (quitte à répéter « je ne sais pas quoi écrire », par exemple) ; ce qui me prenait beaucoup trop de temps à mon goût et ne m’a rien apporté, si ce n’est la sensation d’avoir perdu mon temps. Et pourtant, j’ai persévéré !
J’en déduis que l’exercice ne me convenait pas : il conviendrait peut-être à d’autres. Il semble que d’autres donnent des retours très positifs.
Et il est peut-être utile à réaliser, lors de périodes de troubles ou de colères à évacuer.

Ce sera tout pour aujourd’hui ; parce que j’ai atteint mes 500 mots et parce que plein d’autres activités m’attendent. Mais je pense que je reparlerai de l’écriture, du fait d’écrire, quoi, comment, pourquoi…

Sur ce :

Vous écrivez, vous ? Vous avez un but d’écriture, des méthodes, des fétiches, des trucs importants pour vous ? Une intention particulière ?

Que pouvez-vous, ou voulez-vous, nous dire à ce sujet ?

Quoi qu’il en soit :

Merci de m’avoir lu et très belle journée à vous !