Ça va : en théorie, 500 mots par jour, ce n’est pas énorme.

Reste à savoir ce que je vais écrire.

Pour cette première mouture, j’avais prévu une liste de sujets crée à partir du défi « 10 idées créative par jour » : je vous invite à aller voir la vidéo de Potion de Vie Jean Yves Ponce.

Il est toujours « super cool », mais là, en particulier, j’ai bien aimé…Et je ne l’ai même pas commenté. Pas encore… Il va falloir que je me mette un « défi » commenter toutes les vidéos que j’aime bien… Rire, cela risquerait d’être long. Mais il y a là une idée à creuser : j’aimerais vraiment commenter plus souvent et je ne le fais pas.

500 mots par jour, donc, comme défi pour cette semaine. En réalité j’aimerais surtout recréer une habitude d’écriture.

 

Mon souci avec cette habitude : ce que j’écris me parait souvent « insensé »…

Insensé ou inutile, dans le sens de : ne mène à rien.

C’est souvent pour ça que j’ai arrêté d’écrire. Car j’ai arrêté plusieurs fois. Sourire.

Et j’ai repris souvent, aussi. Je souris. 🙂

J’ai arrêté souvent et j’ai repris, régulièrement.

Pour ce défi, donc, j’avais prévu une liste de sujets.

Et j’ai bien envie d’allonger cette liste.

J’avais donc une liste et au final j’écris que autre chose que ce que j’avais prévu.

J’ai envie de me lâcher sur ce texte. Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit, au sens : rédigé un texte.

Alors j’ai envie de me lâcher : juste écrire ce qui me vient.

Je sais, que, ce faisant, je risque d’écrire des textes que je ne pourrai pas partager.

Je suis heureuse que celui-ci ne soit pas trop intime, pas trop délicat pour le mettre en ligne.

Je sais qu’en écrivant, ce qui coule, je risque d’être « inutile »…

Mais l’écriture doit-elle être utile ?

Comment puis-je savoir si ce que j’écris sera utile ou non à une autre personne ?

J’écris ce que je désire, je mets en ligne : la suite ne m’appartient pas.

Ce sera lu, ou non. Cela plaira, ou non.

Parfois c’est tellement… aléatoire ?

Je sais que ne n’écris pas « dans les règles de l’art ».

Je sais que je ne suis pas en train de produire « un bon article de blog ».

Mais ai-je envie de produire un bon article de blog ?

J’écris dans quel but ?

Je ne le sais même pas vraiment.

Qu’est-ce qui ferait que je serais satisfaite de ma production ?

Je ne le sais même pas vraiment non plus…

Je crois que ce serait « bien » que je me pose sérieusement cette question…

Enfin, je crois que cela pourrait m’être utile… Utile au sens de bénéfique.

 

 

Et vous ? Est-ce que vous écrivez ?

Quel est votre but lorsque vous écrivez ? Que recherchez-vous ? A quel moment être vous satisfait lorsque vous avez écrit ?

Ce sera tout pour aujourd’hui. Je suis moyennement satisfaite :

j’ai tenu mon « engagement » : je suis à plus de 500 mots.

Je suis parvenue à écrire alors que je ne cesse d’être dérangée, moi qui aime tant le silence et déteste les coupures dans mon fil d’idées.

Je n’ai pas traité un sujet particulier : et cela, cela m’embête.

Mais j’ai écrit ce que je désirais : et cela, cela me convient. C’était assez fluide, sans difficulté particulière. De ça, je suis contente.

 

Une part de moi serait heureuse si vous, lecteur, lectrice, pouviez aimer ce que j’écris : ce serait génial si je pouvais simplement « écrire ma vérité » et que me lire soit un cadeau pour vous.

Une autre part, qui se juge plus sérieuse et raisonnable estime que : non, de toutes façons ce n’est pas ça qui est attendu.

Une troisième dit que, de toutes façons, je ne pourrais pas écrire comme ça tous les jours.

Encore une autre croit que, si je ne peux pas faire ça tous les jours, c’est seulement parce que j’ai peur de n’être pas aimée. 😰

 

Voici quelques parts de moi.
Je ne sais pas ce que j’écrirai demain.
Je ne sais pas comment je ferai.
J’aimerais trouver une unité dans ce que j’écris, un fil rouge, une continuité…

Parce que j’aimerais que ce que j’écris soit reconnu comme ayant du sens…

Nous y voici : un des éléments qui soutient mes actions c’est le besoin de reconnaissance.

Et en même temps je veux faire ce que j’aime.

Comment vais-je faire pour concilier les deux dans une action continue, une action utile, porteuse de bénéfices pour moi et pour les autres ?

Affaire à suivre.

Merci pour votre lecture et belle journée à toutes et à tous !  😘